Accompagnement médico-psychologique

  • -

Accompagnement médico-psychologique

Category : Actualités

Les bases d’un nouveau projet à la Chaumière mettant en lien les compétences de l’Agence Régionale de Santé, le Centre Médico-Psycho-Pédagogique, l’Education Nationale et le Département 54.

Dans le processus d’accompagnement des enfants, il s’avère nécessaire de structurer et d’optimiser l’organisation du soin médico-psychologique par le développement d’une équipe pluridisciplinaire pilotée par un psychiatre

Un phénomène en évolution chez les enfants aujourd’hui accueillis à la Chaumière : les troubles du comportement et les difficultés d’apprentissage.

Pour faire face à ce phénomène en évolution, l’association « les Amis de la Chaumière », en partenariat avec le Centre Médico-Psycho-Pédagogique de Pont-à-Mousson, pose les bases d’un projet visant à renforcer le soin médico-psychologique dans le processus d’accompagnement des enfants de la Chaumière. 

Une première réunion de travail s’est tenue le 10 mai à la Chaumière, en présence de responsables du département 54, de l’Agence Régionale de Santé (ARS), du Centre Médico-Psycho-Pédagogique (CMPP), de l’Education Nationale, et de l’association « Les Amis de la Chaumière ».

Au vu du diagnostic posé et des propositions faites conjointement par Les Amis de la Chaumière et le CMPP, toutes les parties présentes ont acté la pertinence de mettre en place un pilotage médical psychiatrique du parcours de soins, au plus près de ces enfants, sur site, à la Chaumière.

Une deuxième réunion sera programmée en septembre pour définir, avec l’ensemble des parties prenantes, les différentes composantes du projet notamment l’organisation à mettre en œuvre et son impact financier en regard des coûts actuellement mis en œuvre pour le soin de ces enfants.

 

Le diagnostic réalisé à la Chaumière montre aujourd’hui, que :

  • Tous les enfants accueillis à la Chaumière souffrent de pathologies carentielles affectives et de séquelles de traumatismes psychiques et certains présentent des comportements violents à l’égard de leur pair ou des éducateurs.

  • 60% des enfants ont subi des violences physiques, sexuelles ou psychiques.

  • 20% des enfants sont, du fait de leur comportement, partiellement ou totalement déscolarisés.

  • 20% des enfants, suivent un traitement médicamenteux psychotropes (neuroleptique ou traitement de l’hyperactivité avec troubles de l’attention)

Abonnez-vous à notre newsletter

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Vidéo des 50 ans de l’association